Françoise Marie, Denis Cail et Anne-Marie Cosmes. - Françoise Marie, Denis Cail et Anne-Marie Cosmes. 
Françoise Marie, Denis Cail et Anne-Marie Cosmes.

Suite à l’invalidation des élections, la délégation spéciale vient d’entrer en fonction. On devrait revoter dans moins de deux mois.

Depuis avant-hier et pour au maximum deux mois, Bléré est géré par un trio de fonctionnaires en retraite. Jean-François Delage, le préfet d'Indre-et-Loire a présenté officiellement hier matin l'homme et les deux femmes qui vont se substituer au conseil municipal défaillant.

On se souvient du feuilleton qui avait animé les lendemains de la campagne électorale (voir encadré). La création d'une délégation spéciale (*) était devenue la seule solution juridique envisageable « mais les choses auraient pu tourner autrement », assure le préfet. « Le fait que les bulletins de vote d'une des trois listes en présence ne soient pas strictement conformes au code électoral (NDLR : ils ne portaient pas mention de la nationalité portugaise d'un de ses membres) n'étant pas de nature à porter atteinte à la loyauté du scrutin. »
C'est donc la décision du maire, d'invalider les 778 bulletins litigieux qui a conduit le représentant de l'État a demandé au juge administratif d'annuler les élections du 1er tour des municipales.
Au passage, Jean-François Delage rappelle que les services de la préfecture ne sont en rien responsables de la présentation, aux électeurs, de bulletins de vote non conformes. « Cela relève de la commission de propagande électorale. En outre, nous n'avons aucune trace arguant du fait que nous aurions été prévenus en amont par courrier ou par téléphone. Ce n'est que le jour même du scrutin que nous avons été avisés, il était alors trop tard pour faire quoique ce soit. »
Comme c'est très souvent le cas, les trois membres nommés par le préfet sont des fonctionnaires en retraite « choisis en fonction de leurs compétences et de leur neutralité ». Françoise Marie est une ancienne directrice de la réglementation ce qui en fait une experte en matière électorale, Anne-Marie Cosmes a fait sa carrière dans les finances publiques et Denis Cail a été ingénieur au sein de la direction départementale des territoires.
Ils sont nommés pour expédier les affaires courantes, régler les factures, procéder à des mariages. Le préfet insiste sur le fait qu'ils sont désormais les seuls habilités à donner des instructions au personnel communal.
La date des élections n'est pas encore fixée. Le juge administratif a deux mois pour statuer sur les recours qui ont été déposés par les uns et par les autres, mais le préfet a eu la possibilité d'anticiper et de lancer la procédure dès la démission du dernier conseiller municipal. « On va laisser passer l'élection des maires issus du second tour en Indre-et-Loire, mais on devrait revoter à Bléré dans moins de deux mois » conclut Jean-François Delage.

 NDLR : Il s'agit d'une procédure rare mais bien rodée. La dernière en date remonte à 2001 et concerne Sorigny. Descartes a également été géré par une délégation par le passé.

repères

> Dimanche 23 mars. Les 878 bulletins de la liste Reuillon sont déclarés nuls. La tête de liste dépose un recours avec demande d'invalidation du scrutin.
> Mardi 25 mars. La liste divers gauche Labaronne dépose aussi un recours, estimant que « ce 1er tour n'est pas satisfaisant pour la démocratie ». Un collectif des Indignés de Bléré est créé.
> Mercredi 26 mars. Le préfet demande au juge administratif l'annulation de l'élection. Cette saisine n'est pas suspensive, les résultats du 1er tour sont maintenus.
> Jeudi 27 mars. Les 23 colistiers de la liste Chauvel arrivée en tête démissionnent, « dans un souci d'apaisement ».
> Vendredi 28 mars. Les six élus d'opposition de la liste Labaronne démissionnent à leur tour rendant nécessaire la mise en place d'une délégation.

Philippe Samzun